Phoenix, à trop jouer avec le feu, tu risques de te brûler les ailes

USP NBA: SAN ANTONIO SPURS AT PHOENIX SUNS S BKN USA AZ

Titre à rallonge, comme les problèmes qui semblent s’accumuler au sein de la franchise arizonienne depuis la reprise de la saison. Le constat est là, le bilan mitigé de 3 victoires et 3 défaites reflète parfaitement la situation dans laquelle les Suns sont en train de se trouver. Le cul entre deux chaises. Nul doute que vouloir tirer la sonnette d’alarme aussi tôt puisse paraitre étonnant. Le fait est que Phoenix ne joue pas bien. C’est aussi simple que cela.

« Et alors? »

Et alors, ce n’est pas normal. Les résultats ne sont pas catastrophiques, il n’y a rien d’infâme à avoir un bilan équilibré lors du commencement d’une saison. Phoenix n’est pas une machine de guerre prête à tout écraser sur son passage, ça se saurait sinon. Il n’empêche, nous sommes en droit d’attendre un contenu de meilleure facture si l’on s’appuie sur les bases prometteuses jetées lors du précédent exercice.

« FUEL THE FIRE »

Tel était le slogan choisi par les grands pontes de la communication de la franchise pour qualifier les attentes légitimes pour 2014-2015. Très bien. Laissez moi jeter de l’huile sur le feu dans ce cas.
Pourquoi cette équipe s’entête à multiplier le jeu sur demi terrain une fois la défense adverse replacée?
Pourquoi avoir engagé Isaiah Thomas, meneur de poche accélérateur de particules, et le freiner (volontairement ou involontairement) dans sa volonté de donner un tempo plus soutenu à l’équipe?
Le trio de rêve à la mène se marche sur les pieds. Aucun ne sait vraiment quand il a le droit d’avoir la balle en tant que porteur type du ballon. Souvent les Suns se retrouvent à laisser le temps s’égrener en attaque. Bledsoe fait la remontée de balle, puis il attend que Dragic se démarque en sortie d’un écran à 10m du panier pour lui transmettre, ce dernier lui rend en main à main etc…Ils ont déjà cramé 15s de la possession avec du mouvement inoffensif en périphérie qui leur oblige à précipiter une fin d’action résultant souvent sur un échec.

Run, Run, Run

La richesse au poste de meneur doit entrainer un rythme soutenu. C’est up tempo ou rien. Les Suns ne peuvent pas faire les choses à moitié, ce qui semble être le cas depuis le début de saison. Vous ne vous permettez pas de pouvoir vous targuer d’avoir Dragic, Bledsoe et Thomas dans vos rangs si c’est pour les faire jouer comme des coupeurs de citrons à la Andre Miller.
Il faut une prise de risque plus soutenue. Hornacek parlait souvent d’une volonté effrénée d’aller de l’avant. Dès le rebond défensif la balle devait être lâchée immédiatement à un des nombreux PG afin d’empêcher la défense adverse de trouver ses marques. On en est loin. Pourtant, l’effectif est pourvu de joueurs capables de courir en long, en large et en travers. Excepté Tolliver peut être, cet ailier fort comme un turc trainant dans ses chiottes.

Il faut SIMPLIFIER. Terminées les prises de tête. Tu m’avais promis du basket champagne, Jeff. Ne me mens plus ainsi.
Tu me susurres « Paris » et « Venise » à l’oreille et on reste coincé à Orange County.
Il faut que ça bouge, je veux du mouvement, je veux de la vie. Une orgie de points! On devait se baigner nu dans notre petite crique privée. Tu m’avais vendu le paradis. Et moi, comme un idiot je t’ai cru. Je t’ai cru parce que comme le disait si bien une illustre chanteuse des années 80-90 :

Oh! Oh! Tous les soirs
Tu me dis, tu me dis « On va voir »
Oh! Oh! Quand j´ te touche
Tu me dis, tu me dis « Pas ce soir »

{Refrain:}
Pourtant je t´aime
Et quand bien même
Tu n´voudrais plus de moi

{x2:}
Moi, tous les soirs
Je reviens, je reviendrai vers toi

Tu es en train de renier ta culture Jeff. Mourir avec ses idées est bien mieux que survivre avec celles des autres.

Tout n’est pas perdu pour autant. Le développement de Markieff Morris est la très grande satisfaction.
Alors, Jeff. Tiens tes promesses. Je ne veux plus jamais revoir ce lineup utilisé face aux Kings :

- Thomas
- Green
- Tucker
- Randolph
- Plumlee

Où est le spacing là dedans? Où sont les envolées lyriques? Tu te fous de moi?

Courons jusqu’à perdre haleine. Courons vers la Terre Promise. Si on marche, on meurt. Si on marche, on court vers notre perte…

Run Like hell, Jeff. File la gonfle à Goran et accroche ta ceinture.