Suns of Anarchy, Season Finale

buxmerqiaaek1m9

Même quand il faut manger le chrono, on joue comme des dingues. Suns of Anarchy, c’est tous les mercredis.

Les résultats :

Défaite on the road contre les Warriors, 107-106.

Victoire à la maison contre le Jazz, 87-85.

Défaite on the road contre les Hawks, 96-69.

Défaite on the road contre les Mavericks, 107-104.

Défaite on the road contre les Pelicans, 90-75.

Défaite on the road contre les Spurs, 107-91.

Défaite à la maison contre les Clippers, 112-101.

 

Les beaux gosses de chez nous :

TJ Warren : 17 points à 8/12 – 0 turnover contre les Warriors.

Gerald Green : 24 points en 22 minutes contre le Jazz.

Gerald Green : 15 points contre les Hawks.

Gerald Green : 30 points – 5/10 à trois points contre les Mavericks.

Eric Bledsoe : 19 points – 7 passes contre les Pelicans.

Eric Bledsoe : 20 points – 10 passes contre les Spurs.

Gerald Green : 16 points – 4/8 à trois points contre les Clippers.

Quand Gerald Green domine la rubrique des beaux gosses de la semaine, on peut décemment affirmer que la saison est terminée.

 

Les gros moches d’en face :

Stephen Curry (Warriors) : 28 points – 6/11 à trois points.

Gordon Hayward (Jazz) : 21 points – 6 rebonds – 4 passes.

Mike Muscala (Hawks) : 16 points à 7/8 – 4 interceptions.

Tyson Chandler (Mavericks) : 12 points – 23 rebonds – 0 turnover.

Omer Asik (Pelicans) : 6 rebonds offensifs – 12 rebonds défensifs – 0 turnover.

Tim Duncan (Spurs) : 22 points – 10 rebonds – 8/9 aux lancers.

Blake Griffin (Clippers) : 20 points à 8/14 – 8 rebonds – 5 passes.

 

Confronté à l’analphabétisme de son ailier, Jeff Hornacek a décidé de donner à PJ un bilan de sa saison avec des gomettes.

Confronté à l’analphabétisme de son ailier, Jeff Hornacek a décidé de donner à PJ un bilan de sa saison avec des gomettes.

 

 

 

 

 

 

 

 

Random Observations:

Gerald Green au tour de France : il démarre les étapes de montagne en danseuse et les termine assis sur la selle.

0/3 pour Trevor Booker face aux Suns. La défense a lu en lui comme dans un livre ouvert.

Avec un piteux 1/3, son coéquipier Bryce Cotton ne fait guère mieux. 33% Cotton.

Gerald Green est le Robin des Bois de l’extrême : il vole aux riches, aux pauvres, et garde tout.

Face à Atlanta, Markieff Morris prend une technique suite à un choc avec Shelvin Mack qui reste au sol. Keef fait la moue et Mack le mort. This is fucking awesome.

Peu tranchants contre Phoenix, Pero Antic et Thabo Sefolosha étaient bien plus affûtés face à Chris Copeland.

Gerald Green défend tellement mal les backdoors qu’on passe plus par sa porte de derrière que par celle d’Anissa Kate.

Encore une faute technique pour Keef qui, pensant passer inaperçu, décoche un solide crochet à son adversaire. Une grosse frappe du gauche à la John Arne Morriise.

Brandan Wright pensait dominer face à la raquette des Mavs mais il était opposé à Amar’e : Stoud est meilleur.

Encore une grosse semaine pour PJ dont on ne compte plus les passes qu’il laisse échapper avec ses mains huileuses. Masseuse thaïlandaise le jour, basketteur la nuit, découvrez son incroyable quotidien.

Gerald Green révolutionne l’astrophysique : Phoenix est le seul système ou les Suns gravitent autour d’un trou noir.

Des nuggets de poulet offerts lorsque DeAndre Jordan rate deux lancers d’affilée : mettre l’ambiance dans la salle de Phoenix à un coût.

On a en tout cas pu compter sur de très bons frères Morris sur cette fin de saison. Un duo aussi performant et aussi fusionnel, on n’avait pas vu ça depuis Rémy Lacroix et Jada Stevens.

Gerald Green est excessivement énervant. Mais difficile de savoir s’il l’est davantage pour ses coéquipier ou pour ses adversaires.

Sorti sur blessure après un coup reçu à la pomme d’Adam, Anthony Davis a pu constater que la raquette des Suns était un véritable coupe-gorge.

Des joueurs talentueux mais stupides, une reconstruction qui semble devoir repartir de zéro à chaque fin de saison : les Phoenix Suns, c’est le Milan AC.

Explosés d’entrée de jeu, malmenés pendant tout le match mais capables de recoller à coups de shoots miraculeux avant de finalement s’incliner de manière plus que logique : le dernier match des Suns est à l’image de la carrière de Gerald Green.

 

Venu venger l'honneur de son père, le fils de Josh Childress compte bien s'imposer à Phoenix.

Venu venger l’honneur de son père, le fils de Josh Childress compte bien s’imposer à Phoenix.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

In Bed with the Phoenix Suns – La fin de saison :

Et voilà, c’est fini. Les Suns signent des autographes sur des T-Shirts, des ballons, des bandeaux qu’ils jettent dans la foule. Eric Bledsoe lance son maillot trop haut et celui-ci se coince dans le plafond. Alex Len se déboîte l’épaule en lançant une casquette et sort sur civière. Gerald Green intercepte les objets lancés par ses coéquipiers et s’enfuit avec.

De retour dans les vestiaires, c’est une grande émotion pour tous les joueurs d’avoir participé à cette quinzaine de jubilé Gerald Green. Le vétéran, qui a pris 120 shoots en 190 minutes, remercie ses coéquipiers un par un, crache sur une poupée vaudou d’Isaiah Thomas, puis sur Jeff Hornacek et part en moto en faisant des doigts à tout le monde.

Content que la saison soit enfin terminée, Jeff propose aux joueurs une dernière sortie ensemble avant de partir en vacances. Eric Bledsoe propose un petit bar où ils servent des shakes de protéines. Green suggère le resto vietnamien et son buffet à volonté. Alex Len, qui vient de se fracturer la mâchoire en mâchant un chewing-gum, préfèrerait un bar à soupe. Brandan Wright s’en fiche, il n’a pas très faim, une feuille de chou fera l’affaire.

Hornacek propose à Ryan McDonough de les accompagner. Ce dernier répond qu’ils n’ont qu’à aller se faire enculer.

Faute d’avoir réussi à se mettre d’accord, les joueurs se dirigent finalement vers un bar sports de Glendale. Eric Bledsoe commande de la viande, PJ Tucker de la bière, Marcus Thornton de l’huile et du gras de jambon.

L’ambiance est assez morose, et il n’y a que du foot à la télé. Personne n’arrive vraiment à s’y intéresser, mais soudainement toute l’équipe regagne de l’entrain en voyant André Ayew s’engueuler avec l’arbitre et se faire expulser. Enfin quelqu’un à qui on peut s’identifier, sourient les frères Morris, 24 fautes techniques à eux deux. Puis ils se regardent amoureusement dans les yeux, et provoquent une bagarre générale dans le bar.

 

Brandon Knight était vert de rage après la nouvelle défaite de son équipe.

Brandon Knight était vert de rage après la nouvelle défaite de son équipe.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La course en tank :

Mais qu’on fait les New York Knicks? Solides leaders de la Conférence Est, voilà qu’ils chutent de façon inexplicable deux fois de rang. Tout d’abord contre Orlando lors d’un match de haut vol dont le deuxième quart-temps a été une démonstration de Basketball tel qu’on n’oserait même pas le rêver ; puis contre la lanterne rouge Atlanta. La faute à qui? A la faillite de leurs deux leaders, complètement en panne de maladresse face aux Hawks (12/14 pour Galloway, 9/17 pour Hardaway Jr). Les Knicks sont désormais devancés par les Wolves, et pourraient même se faire doubler par les Sixers, qui accueillent ce soir le Heat dans un match au sommet qui statuera sur le sort des deux équipes. Un choc à ne pas rater, bien entendu, puisque ce match s’annonce déjà historique.

 

Le rébus tranquille :

Une figure de la NBA se cache derrière ce rébus assez facile. Sauras-tu la retrouver?

Rébus posey

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Réponse de la semaine dernière : Don Nelson (Don Corleone, Jameer Nelson). Bravo à @Gajs_DS, le Parrain de la mafia Débats Sports.

 

Le rébus niveau expert :

Une figure de la NBA se cache derrière ce rébus carrément chaud. Sauras-tu la retrouver?

Rébus vénèr

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(Etant donné que c’est le dernier épisode de Suns of Anarchy de la saison, les solutions seront données dans les commentaires la semaine prochaine)

 

La semaine Twitter :

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette rubrique est librement inspirée de l’excellente Gazette de la L1 des Cahiers du Football, à qui on passe le bonjour.