Les Suns reviennent en trombe pour ravager New Orleans

Goodwin Block

Il aura fallu s’armer de patience, mais les Suns ont su faire le dos rond en attendant que les shoots tombent. Quatrième victoire consécutive à la maison, et c’est bien logique, tant l’addition aurait pu être bien plus salée pour les Pelicans.

Le premier quart est des plus défensifs. 19-16 après 12 minutes. Les deux équipes défendent toutes deux très bien, Phoenix contraint les Pelicans à shooter de loin tandis qu’Anthony Davis verouille la raquette pour la Nouvelle Orléans, empêchant ainsi Bledsoe de pénétrer. Tout cela n’empêche pas Gerald Green puis Miles Plumlee de gratifier le public de l’US Airways Center de deux tomars bien vicieux. Le gros passage de la période est bien entendu le retour de Dragic, qui semble en pleine forme puisqu’il enquille 4 points en deux minutes de jeu.

Dragic continue de s’amuser et pénètre la défense des Pelicans avec autant de facilité que s’il tournait un gonzo. Il faut avouer que le fait qu’Anthony Davis soit sur le banc lui facilite quand même beaucoup la tâche. Les Suns jouent bien, défendent bien, mais leur maladresse chronique les empêche de créer un écart significatif. Markieff Morris poursuit son incroyable semaine et taffe sévèrement les intérieurs de New Orleans : 13 points à la mi-temps pour lui. Phoenix mène de quatre points à la pause grâce à son aggressivité (12 lancers tentés, aucun pour Nola) mais la valise de shoots à trois points ouverts manqués pèse vraiment très lourd dans la balance : 1/12 derrière l’arc seulement.

A Phoenix, on regrette déjà beaucoup moins le départ de Luis Scola.

A Phoenix, on regrette déjà beaucoup moins le départ de Luis Scola.

Les deux premiers quarts vous avaient déplu? Vous allez détester le troisième. Exécution offensive catastrophique, mauvais shoots, mauvais choix, tout est à jeter. La défense permet une nouvelle fois à Phoenix de ne pas se faire distancer mais que ce quart-temps est laid. Seul Miles « Captain Hook » Plumlee semble jouer juste, Bledsoe parvient à gratter des lancers mais le jeu est statique en partie à cause de son incapacité à créer du mouvement autour de lui. Les Suns reviennent peu à peu dans le match sous l’impulsion d’un bon Markieff Morris, mais une nouvelle fois, trop d’erreurs pour espérer prendre le large : 7 pertes de balle sur le quart contre 11 lors des deux premiers. Néanmoins, les Suns attaquent le quatrième avec six points d’avance (71-65).

Rassurez-vous, ça valait le coup d’attendre : Hornacek fait confiance à un Archie Goodwin convaicant et le laisse débuter le quatrième. Le rookie fait vivre un calvaire à Austin Rivers et permet aux Suns de se mettre sur les bons rails. Tour à tour, ce sont Markieff, Green, Dragic puis Bledsoe qui allument à trois points, avec de la réussite et même de la chance, chose qui leur avait tellement manqué lors des 36 premières minutes. Les Suns mitraillent et défendent le fer : les Pelicans ne reviendront pas. Gerald Green plie le match sur un énorme dunk, Bledsoe rentre ses lancers. 101-94 Phoenix, quatrième victoire consécutive à la maison et tacos gratuits.

Au niveau individuel, Markieff est toujours sur son nuage et termine le match avec 23 points à 9/12. Bledsoe n’a pas été en réussite en début de match, mais a eu le mérite de ne pas forcer les choses, préférant aller provoquer des fautes. 24 points à 7/11 pour lui. Miles « Captain Hook » Plumlee aura été capital en défense pour maintenir Phoenix dans le match malgré la maladresse des shooteurs, et pose un très propre 8 points – 12 rebonds – 5 contres. Les Suns s’imposent au finish dans un match au cours duquel ils n’auront jamais vraiment été inquiétés, et sans une adresse qui a tardé à venir, le match aurait été plié dès la mi-temps. Pendant ce temps, les Lakers se prenaient 50 points en un quart-temps au Staples. Today was a good day.

Box Pelicans